Beephone Logo

Beephone

Beephone est une entreprise française qui reconditionne et commercialise des iPhone. Créée en 2015, Beephone s’est rapidement imposée dans le peloton de tête des sites de reconditionné du marché français. En 2019, l’entreprise emploie 7 salariés et réalise un chiffre d’affaire annuel de 2,5 millions d’euro.

En raison de la crise sanitaire et de diverses polémiques, l’entreprise Beephone est contrainte de fermer définitivement son activité en mai 2020.

Histoire

Beephone est créée le 16 juillet 2015 à Arcachon et débute par une simple activité d’achat/revente de téléphones d’occasions. L’entreprise s’oriente dès le départ vers les produits Apple, le haut de gamme des smartphones.

En 2016, Beephone se positionne sur les marketplaces de Cdiscount et Fnac, qui ouvrent leurs sites web aux vendeurs tiers. Cela permet à l’entreprise Beephone de vendre facilement et rapidement.

En 2017, suite à la fermeture de la branche européenne de son principal fournisseur, l’entreprise Beephone connait une période de baisse d’activité et peine à retrouver un fournisseur proposant des téléphones de qualités à bon prix. L’entreprise remet alors en question l’ensemble de sa stratégie et décide de s’attaquer au marché du reconditionné à neuf, toujours exclusivement sur la gamme d’iPhone.

Cette fois-ci, c’est vers la marketplace Amazon que l’entreprise Beephone se tourne. Cette marketplace propose sur son site la section Renewed qui offre une bonne visibilité aux produits reconditionnés à neuf. La stratégie d’approvisionnement de Beephone est également totalement différente. À ce moment là, l’entreprise achète des téléphones à très bas prix comportants des défauts matériels, afin de les réparer et de les remettre à neuf.

Le concept étant intéressant et rentable, l’entreprise embauche ses 2 premiers salariés en charge de réparer, tester, nettoyer et emballer les iPhone reconditionnés, le premier packaging Beephone vit le jour.

Début 2018, l’entreprise Beephone décide de quitter les marketplaces et lance son propre site internet beephone.fr. Rapidement et grâce à une statégie marketing axée sur les médias sociaux l’entreprise se démarque en ne proposant que des iPhone reconditionnés à neuf. Là où la concurrence se contente de récupérer des téléphones d’occasions, de les tester, de les trier selon leur état (grades) et de les revendre tels quels, Beephone de son côté propose des produits reconditionnés à neuf et tente d'offrir au consommateur une expérience d’achat et de déballage similaire à l'achat d'un produit neuf. De plus, la batterie et l’écran de chaque iPhone sont systématiquement remplacés par des composants neufs.

En 2018, l’entreprise développe son activité via son site beephone.fr et ses divers opérations commerciales réalisées sur les réseaux sociaux. De mois en mois, l’entreprise réalise un chiffre d’affaire exponentiel et se développe à toute vitesse.

L’entreprise Beephone réorganise son système de production pour faire face à la demande grandissante et se fourni à présent auprès d'une entreprise fondée en 2009, dont le siège social se trouve à Shenzhen en Chine et qui propose des solutions dans le secteur de l’électronique.

En 2019, malgré sa croissance et des ventes records, l’entreprise Beephone est confrontée à de lourdes difficultés financières. Ces difficultés sont principalement liés à un taux de produits défectueux de plus de 20% du total des iPhones reconditionnés envoyés à ses clients en 2019. En dépit des tests poussés réalisés par l’entreprise Beephone sur chaque téléphone, de nombreux retours sont enregistrés plusieurs mois après que le téléphone soit livré au client.

Le principal problème technique rencontré sur les iPhone est lié à la puce Codec Audio IC U3101, qui nécessite une réparation coûteuse par micro soudure, spécificité que Beephone ne maîtrise pas.

La garantie légale de 12 mois s’appliquant sur chaque produit expédié, Beephone rencontre de grandes difficultés et ne parvient pas financièrement à honorer l’ensemble des échanges d’iPhone défectueux et à livrer l’ensemble des commandes enregistrées. Plusieurs dizaines de clients se retrouvent ainsi sans téléphone.

Fin 2019, Beephone revoit sa stratégie d’approvisionnement et transforme le site beephone.fr en marketplace. À présent, c’est une dizaine de vendeurs tiers qui sont chargés d’honorer et d’expédier les commandes. Beephone se décharge ainsi des contraintes liées à la logistique et au remplacement des produits défectueux. Cette transformation en marketplace donne un nouveau souffle et permet à Beephone de corriger ses problèmes rencontrés. Grâce à la période des fêtes de fin d’année propice au vente, Beephone honore l’ensemble des commandes en attente et des échanges d’iPhone défectueux.

Entre temps, des dizaines de clients demandent un remboursement plutôt que l’expédition de leur commande. Ne disposant d’aucune trésorerie, Beephone n’est pas capable d’honorer ces remboursement à ce moment précis.

Début 2020, Beephone fait face de nombreuses polémiques suite à la réalisation d’une opération commerciale dont le but est d’offrir 50 iPhone à 1 €. L’opération étant un tel succès, plus de 100 000 visiteurs se connectent sur le site en quelques minutes et actualisent la page web toutes les secondes afin d’être le premier à voir l’offre des 50 iPhone à 1€. Suite à cette affluence, et malgré les dispositions prise par Beephone pour booster le serveur du site web, ce dernier n’a pas tenu la charge, ce qui engendra une vague de critique sur les réseaux sociaux dénonçant une opération commerciale fausse.

Cette opération commerciale attira les yeux de certains médias qui mirent en avant dans différents articles les difficultés rencontrés en 2019 par l’entreprise Beephone.

Début 2020, suite à cette image négative et aux fausses rumeurs lancées par certains médias, l’entreprise Beephone perd plus de 50% de son chiffre d’affaire.

En mai 2019, l’entreprise Beephone déjà fragilisé par son histoire, est achevée par la crise de la Covid-19. Ne pouvant faire face, Beephone ferme son site et ouvre une procédure de liquidation judiciaire auprès du tribunal de commerce.